Ah, compliqué pour moi de commencer cet article sur l’échantillon…
Pourquoi ? Parce que je suis de celles qui s’y sont mis sur le tard ! Et qui le zappent encore parfois.
Pourtant, je le sais que c’est important. Surtout si, comme moi vous avez tendance à changer la laine préconisée, la taille des aiguilles… Voire même les deux !
Tout le monde s’accorde à le dire, l’échantillon, c’est la vie !
Mais à quoi ça sert ? Bonne question.

Pourquoi et comment faire un échantillon?

Avant toute chose, regardez votre patron. Il est indiqué au début le nombre de maille et de rangs nécessaires aux bonnes dimensions de ce modèle. Il va falloir que, lorsque vous tricotez ce carré avec vos laines et aiguilles personnels, la taille soit la même.

etiquette laine échantillon
Etiquette d’une pelote Rowan Kid Classic

L’échantillon c’est en quelque sorte la bande annonce de votre ouvrage. L’intérêt est de voir combien de mailles et de rangs vous devez faire pour obtenir un carré de 10cm par 10 cm.

Il est conseillé de tricoter un carré de 15cm par 15 cm dans un premier temps. Une fois ce carré fait, il passe au lavage puis au blocage. Comment ça, vous ne connaissez pas cette technique ? J’en parlerais sous peu ! Pour simplifier, une fois lavé, on tire à 4 épingles l’échantillon (littéralement) pour se rendre compte de sa taille réelle.

Une fois sec, on va pouvoir compter combien de mailles et de rangs sont nécessaires pour obtenir notre carré de 10cm de coté. Ensuite, il reste à calculer par un simple produit en croix (oui les cours de maths de M. MARTIN ont servi à quelque chose au final !), le nombre de mailles et rangs nécessaires pour avoir la longueur/largeur espérée.

Exemple : Il me faut 26 mailles pour avoir une largeur de 10 cm. Combien faut-il de mailles pour 100 cm ?


(26*100)/10 = 260 mailles de largeur

(Mailles de l’échantillon * largeur désirée / taille d’échantillon = mailles nécessaires). Ça marche aussi avec les rangs et la hauteur.

Donc l’échantillon est super utile quand on veut éviter d’avoir un XXL au lieu d’un M (c’est très courant).

Le crash-test du tricot

Mais l’échantillon permet aussi de pratiquer une technique qu’on n’est pas sûr de maîtriser. Dans quel sens faire la torsade ? Est ce que les côtes point de riz rendent bien avec cette laine ? Est ce que ces deux couleurs se marient bien ensemble ?
Et puis ça ne vous donne pas encore plus envie, à vous, d’avoir un premier aperçu de ce que donnera votre tricot fini ?

L’échantillon permet de se rendre compte de la tension que l’on applique à notre fil ou d’adapter la taille des aiguilles si on se retrouver avec trop de mailles/pas assez de mailles.

Au final, ce qu’on peut dire de l’échantillon, c’est qu’il est là pour vous faire gagner un temps précieux.

Cet article a 2 commentaires

  1. Marie Pierre

    On y vient tjrs à un moment ou à un autre qd on a subi qlq déboires ! Merci

    1. Exactement, l’utilité de l’échantillon a été amplement démontrée avec le temps 🙂

Laisser un commentaire